Auditoire de Joinville ( Haute Marne ) , tribunal , historial et reconstitutions


Aller au contenu

Menu principal:


Maquette de la ville

Maquettes et reconstitutions

La maquette de Joinville vers 1650




..........Cette restitution précise le paysage urbain d'une bourgade champenoise au XVIIe siècle, avec :

- le
château féodal,
- la
ville close circonscrite par ses remparts,
- les trois
faubourgs au-devant de chacune des portes:
..........le faubourg Saint-Jacques (du nom des pèlerins qui le traversaient),
..........le faubourg de Lorraine,
..........le faubourg des Royaux,

- le
château du Grand Jardin (avant que l'actuelle route de Saint-Dizier ne sectionne son parc),

- au fond, sur la hauteur, les
fourches patibulaires pour exposer les corps des pendus.


..........Si les villes d'aujourd'hui sont largement ouvertes, depuis qu'au siècle dernier les voies de communication les ont éventrées de bout en bout, la ville ancienne, au contraire, vivait repliée sur elle--même, à l'ombre de ses remparts. De la tour maîtresse du château, du clocher de Notre-Dame, des guetteurs scrutaient souvent la campagne.
..........
..........A huit heures du soir, après un dernier appel à la cloche, on fermait les trois portes en cérémonie, avec fifre et tambour, pour ne les rouvrir que le lendemain matin. L'enceinte dessinait ainsi un espace de sécurité au sein d'un monde hostile.


..........La campagne, même proche, restait étrangère à la ville, qui traitait les villageois avec une certaine discrimination. Quant aux lépreux et autres malades, ils étaient entretenus gratuitement mais maintenus à distance : à la "Madeleine" (la Sainte protectrice des lépreux), aux hôpitaux Saint-Jean (pour les voyageurs) et Sainte-Croix (pour les habitants de la principauté). En cas de peste, l'isolement se renforçait : on réparait les murailles, on menaçait de tirer sur les contagieux, s'ils s'en approchaient.

..........Par la force des choses, face aux agressions extérieures, la ville constituait une communauté bien typée, et bien soudée par cette solidarité qui, à l'époque était la condition même de la survie collective.

aaaaa


POUR NOUS CONTACTER : | auditoiredejoinville@free.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu