Auditoire de Joinville ( Haute Marne ) , tribunal , historial et reconstitutions


Aller au contenu

Menu principal:


Bibliographie

Sources et bibliographie

Emile Humblot

Bibliographie
..........Le premier érudit, Jules Fériel, publia ses Notes Historiques (1835) puis ses Notes et documents (1856). L'année suivante J. Collin édita ses Tablettes Historiques.a Dans cette lignée s'inscrivirent par la suite les Notes sur Joinville de R. Gillet (1908).

..........Puis vint le temps des chartistes. N. de Wailly rédigea un Recueil de
chartes originales de Joinville (1868), J. Simonnet un Essai sur l'histoire et la généalogie des sires de Joinville (1876), puis H.-F. Delaborde un Jean de Joinville
et les seigneurs de Joinville, suivi d'un catalogue de leurs actes
(1894).

..........Après La Mère des Guise de G. de Pimodan (1889), une mention spéciale revient à à Emile Humblot avec, entre autres Le château du Grand Jardin (1906),
Notre Vieux Joinville (1929), Les seigneurs de Joinville en collaboration avec R. Luzu (1964), sans oublier L'église Notre-Dame de Joinville, ouvrage publié grâce à F. Lesprit (1971).

..........Entre-temps, à l'occasion de VIIe centenaire du départ en croisade du chroniqueur (1948) J.-G. Gigot avait publié plusieurs articles dans le numéro 13
des Cahiers Haut Marnais.

..........En 1970 pour l'Année saint Louis, F. Lesprit composa le Catalogue
de l'exposition Jehan de Joinville
, par la suite il rédigea trois tomes (restés manuscrits) : les Chroniques de la Révolution.

..........Puis, les recherches se sont concentrées sur quatre axes :

- D'abord la diplomatique : J.-G. Gigot édita les Chartes en langue française... (1974).

- L'étude du bâti : l'église Notre Dame fut présentée par H. Ronot, dans le
Dictionnaire des églises de France (1969) et la mise en valeur du site urbain dans Création, réanimation, Mise en valeur d'un site inscrit à Joinville par Fouqueray, Lecompte et Bigot (1978), puis le château du Grand Jardin au moment de sa réhabilitation : M Lapasset Joinville, résidence princière, puis D. Timmer
Le château de Grand Jardin à Joinville, (1985-88), et Le château du Grand Jardin (1989).

- La société aux XVIIe et XVIIIe siècles : G. Arbellot
Cinq paroisses du Vallage, Etude de démographie historique (1970), la vie communautaire urbaine : T. Febvre Problématique de la vie communautaire dans une ville de Champagne .. méridionale (1977), et la justice seigneuriale : H. Drouin, Justice, délinquance et répression dans la Principauté de Joinville, en 1986, au moment de la restauration de l'Auditoire.

- On peut ajouter
Joinville et les Guises, C.H.M. n° 188, 1er trimestre 1992..

Dans les années 1990, des études ont renouvelé l'approche de la lignée des Joinville : J. Lusse Les origines de Joinville : Etienne, premier seigneur et constructeur du château de Joinville, C.H.M., 1989, J.-N. Mathieu Nouvelles recherches concernant le lignage de Joinville, C.H.M. 1992 et 1999, et sous la direction de D. Queruel : Jean de Joinville : de la Champagne aux royaumes d'outre-mer, 1998.

Enfin, on peut signaler : F. Membre
Armorial et généalogie des seigneurs et des princes de Joinville, 2012, et Y. Gaillet Miettes sous Joynville, 2013, publication de 745 manuscrits de la collection Lemoine conservés aux Archives Communales.



aaaaa


POUR NOUS CONTACTER : | auditoiredejoinville@free.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu