Auditoire de Joinville ( Haute Marne ) , tribunal , historial et reconstitutions


Aller au contenu

Menu principal:


dans les années 1350-1440

Huit siècles d'histoire

Pillage d'une ville (chroniques de Froissart, Bnf)

Joinville dans les années 1350-1440

Les malheurs de la fin du Moyen Age

.......... Avec la Guerre de Cent Ans, la ville est directement éprouvée. Le chef-lieu d'une baronnie prospère ne peut qu'attirer les convoitises. Or, les Grandes Compagnies, formées de mercenaires libérés par le traité de Brétigny (mai 1360), pratiquent des coups de main, mais n'ont guère les moyens d'entreprendre le siège des forteresses. C'est à l'improviste que Joinville est prise. Ce raid audacieux attire l'attention de Froissard : "Ainsi se recueillirent en Champagne et en Bourgogne et firent les grandes routes (bandes) et grandes compagnies qui s'appelaient les Tard-Venus, pour tant qu'ils avaient encore peu pillé au Royaume de France. Ainsi vinrent et prirent soudainement en Champagne le fort château de Joinville et très grand avoir dedans, qu'on avait assemblé de tout le pays d'environ sur la confiance du fort lieu. Et quand ils eurent trouvé ce grand avoir, qui était bien prisé à 100 000 francs, ils le partagèrent entre eux, tant qu'il put durer. Et tinrent le château un temps et coururent et gâtèrent tout le pays de Champagne, l'évêché de Verdun, de Toul et de Langres. Et quand ils eurent assez pillé, ils passèrent outre". En 1361 Henri de Vaudémont-Joinville réunit 20000 francs pour racheter Joinville, par des ventes de terres et par les contributions de ses sujets. Les premiers francs viennent d'être frappés depuis l'année précédente, pour la libération de Jean le Bon..


Une société inquiète

..........Dans cette société inquiète, culmine alors l'obsession collective de la douleur, de la mort et du salut de l'âme. Du XVe s. viennent deux œuvres fort éloquentes.
La première, sculptée pour l'église Saint-Laurent, se trouve aujourd'hui à Notre-Dame : c'est la Vierge de Pitié encadrée par saint Jean et sainte Madeleine. Le Christ mort est représenté comme un défunt. Pendant longtemps les figures du Christ avaient mis l'accent sur sa gloire, sa majesté et sa justice. Celles du XVe s. tracent "les souffrances de la Passion, de son agonie et de sa mort.
La seconde sculpture est celle du Christ aux liens qui orne la chapelle Sainte-Anne : des gouttes de sang descendent sur le visage du Christ, que couronnent de longues épines. Malgré son épuisement, d'un geste noble, il retient son vêtement de la main gauche.


Piéta ( Eglise Notre Dame de Joinville )

Christ aux liens ( Eglise Notre Dame de Joinville )

L'invention de l'impôt

..........L'administration royale se structure. Elle entend se constituer des revenus réguliers par l'établissement d'impôts permanents sur la consommation : les "aides" (impôt sur la vente des vins, 1361), et la gabelle (grenier à sel 1371).





..........De son côté l'administration seigneuriale se structure également : au XIVe s. un bailli administre la baronnie. La compétence du prévôt se réduit alors au territoire de la ville.


Détail escargot ( Eglise Notre Dame de Joinville )

aaaaa




POUR NOUS CONTACTER : | auditoiredejoinville@free.fr

Retourner au contenu | Retourner au menu